Piotr Petrovitch Konchalovsky (1876-1956) – Lilas Au Napperon Blanc

Piotr Petrovitch Konchalovsky, peintre russe, a étudié à l’Académie des Beaux-Arts de Moscou et est devenu membre éminent du mouvement artistique russe post-impressionniste. Konchalovsky est connu pour ses paysages lumineux, ses natures mortes vibrantes, mais également ses portraits expressifs. Son style est influencé par l’impressionnisme français, mais il a également intégré des éléments de l’art traditionnel russe. Participant à de nombreuses expositions à travers la Russie et à l’étranger, il laisse derrière lui une oeuvre prolifique.

Egalement surnommé le Cézanniste de Moscou, Konchalovsky est le membre fondateur du groupe Knave of Diamonds également appelé Valet de carreau. Ce projet était un cercle d’artistes d’avant-garde russes, fortement influencés par les styles français, qui cherchaient « à unir le système stylistique de Cézanne ». avec les traditions primitives de l’art populaire, les lubok russes (estampes populaires) et les signes des commerçants.
S’appuyant sur les réalisations de Cézanne, et parfois de Matisse, ces artistes ont redonné aux objets masse, volume, couleur et forme tridimensionnelle, comme le remarque Dmitry Sarabyanov :  » De là naît leur intérêt pour la nature morte, qui joue un rôle important dans leur travail, et a pris une signification qu’elle n’avait pas eue jusqu’alors dans l’histoire de l’art russe… »

Notre oeuvre capture la délicatesse et la beauté des fleurs de lilas dans un style impressionniste caractéristique de Kontchalovsky. Elle témoigne de sa maîtrise de la technique picturale et de sa capacité à transmettre l’émotion à travers ses oeuvres. L’artiste était intéressé par la représentation de la nature et des objets du quotidien, qu’il peignait avec une sensibilité particulière. Ici, les lilas offrent une palette de couleurs attrayante et une texture intéressante à explorer.

« Il est impossible de peindre une fleur avec des coups de pinceau simplistes… une fleur doit être étudiée aussi profondément que toute autre chose. Les fleurs peuvent apprendre beaucoup aux artistes : pour comprendre complètement la structure d’une rose, il ne faut pas moins travailler que pour comprendre un visage humain. Il y a tout dans une seule fleur qui existe dans la nature, quoique sous une forme plus et complexe, et il faut examiner chaque fleur, surtout un lilas ou un bouquet de fleurs sauvages, voire tout un bosquet jusqu’à ce que l’on puisse saisir la logique de sa construction… Je les peins comme le musicien peint ses gammes. Après deux heures de travail régulier, quelque chose change dans mon esprit et les fleurs se transforment en quelque sorte en sons… C’est le plus grand exercice pour un peintre.”

PP Konchalovsky, cité dans VA Nikol’skii, Petr Petrovich Konchalovsky, Moscou, 1936, p. 112.

Thème : Overlay par Kaira